Section courante

A propos

Section administrative du site

Fiche technique
Type de produit : Système d'exploitation
Auteur : Linus Torvaldsk, Richard Stallman,
GNU et la communauté
Date de publication : 1991 à maintenant
Type de noyau : Noyau monolithique

Introduction

Démarrage d'une session KDE sous openSUSE 11

Originellement un vulgaire clone de Unix, devenu par la suite un système d'exploitation au milles et une distribution. Le système d'exploitation Linux se veut un concurrent directe de Windows, mais sa complexité d'utilisation l'a longtemps handicapé par rapport à celui-ci. Pour cette raison, il a longtemps été ignoré par le publique, mais du côté des spécialistes et des connaisseurs, il se partage la part du lion du côté des serveurs en compagnie de FreeBSD.

Depuis, son passés boiteux des années 1990, il est devenu progressivement plus intéressant, pour le commun des mortel, avec des environnements graphiques comme KDE ou GNOME offrant un confort semblable à celui de Windows. De plus, certaines distributions comme Ubuntu se veut même une source d'inspiration pour les systèmes d'exploitation propriétaires. A l'heure actuel, même certaines fabricants de matériel propose des pilotes afin de tiré le maximum de la machine avec se système d'exploitation.

Ses principales avantages sont :

Ses principales inconvénient sont :

Boite «A propos» de «CentOS 5» avec l'environnement graphique «GNOME».

Les distributions

Des distributions sous Linux, il y en a toute les sauces, comme le CentOS et RHEL (Red Hat Enterprise Linux), s'adresse exclusivement aux entreprises. Ils contient un environnement graphique et peuvent être utilisé comme serveur de production. D'autres comme Novell's SUSE Linux Enterprise Desktop et SUSE Linux Enterprise Server s'adresse aux entreprises et renferme des technologies propriétaires. D'autres comme Mandrake, ont des excellentes suites d'administration, d'autres comme Debian se veut une distribution rigoureusement testé et stable, d'autres comme PCLinuxOS, s'adresse aux débutant, d'autres comme Ark Linux, s'adresse à l'apprentissage, d'autres comme CAELinux, s'adresse à l'ingénierie, d'autres comme Arch Linux, veulent fonctionner uniquement sur des architectures x86-64, d'autres comme Raspbian , veulent fonctionner uniquement sur des Raspberry Pi, d'autres comme Peanut Linux et Xange, veulent ressembler au système d'exploitation Windows Vista, d'autres comme WinLinux, peuvent s'installer sur Windows, d'autres comme Linspire, veulent ressemblant aux mondes de Windows et exécuter ses logiciels, d'autres comme Ubuntu veulent montrer tous les possibilités de Linux, d'autres comme APODIO et ArtistX, veulent seulement être des Live CD, d'autres comme BackTrack, BlackBuntu, Kali et NUbuntu, sont spécialisée dans la sécurité réseau, d'autres comme Coyote Linux, sont spécialisés dans le routage et le pare-feu, d'autres comme YunoHost, veulent se spécialiser dans l'auto-hébergement, d'autres comme BasicLinux, peuvent fonctionner sur une partition FAT12 et FAT16 de DOS, d'autres comme Puppy Linux, Alpine Linux et Bodhi Linux, sont extrêmement compactes,...


Terminal «bash» de la distribution openSUSE 11.
Plus les distributions avances, plus l'environnement graphique est prédominant, c'est le cas pas exemple avec «openSUSE 11», lequel démarre avec le KDE ou GNOME. De plus, l'interpréteur de commande est de plus intégré à l'environnement. Il ne se content plus d'être un vulgaire affiche texte terne de gris, mais il intègre de la couleur dans de nombreuses situations. Ainsi, si un utilise la commande ls (affichant le contenu d'un répertoire), on peut constater que les répertoires sont de la couleur bleu, afin de bien les distinguer des fichiers.

Le gros problème de Linux, hélas, c'est qu'il y a trop de commande et qu'elles ne sont pas les mêmes d'une distribution à l'autre. En dehors des commandes, tel le «ls» (équivalent de «dir» sous DOS) et «cd» (pour changer de répertoire), on ne peut prédire quel commande est installé par défaut sur une distribution. Sinon, il vous est toujours possible de les installés, mais encore là, avec quel commande : apt-get, installpkg, yum,... Et là, si vous trouvez la bonne commande, vous aurez à faire à la sécurité et un message de permission insuffisante apparaitra ! Vous rajouter un sudo devant la commande pour contourner le problème, il tombera sur des paquets obsolètes,... et vous passerez donc beaucoup de temps à faire aboutir quelque chose de simple à l'origine.


Application

Tableur d'OpenOffice, Amarok, un joueur de musique, FireFox sous la distribution openSUSE 11.

Un des gros attrait de Linux, c'est évidemment la grande quantité d'application disponible, il y en a plusieurs milliers de qualité professionnel. Par exemple :


HomeSite 5 de Macromedia avec Wine 1.2 sous la distribution Ubuntu 10.10.

Certains applications sous Linux ont des avantages très surprenant. Par exemple, l'application WINE permet de faire fonctionner énormément d'applications destiné à l'origine à Windows aussi parfaitement que le système d'origine. Comme, par exemple, HomeSite 5 de Macromedia. Pourtant, Windows Vista supporte très mal cette même application... C'est étrange comme un système d'exploitation non destiné à supporter certains d'applications sans sort mieux que l'original. Mais Wine n'est pas parfait pour autant, de nombreux problèmes avec des protocoles réseaux existent. De plus, certaines application de Windows s'efforçant d'utiliser des API non documenté, sont assez souvent mal supporté.


Load System sous la distribution TurboLinux 8 Server.

De plus, même les distributions serveurs supportent maintenant des environnements graphiques avec des bureau comme KDE par exemple. Donc, il n'est plus nécessaire, d'être un expert pour utiliser et gérer ses systèmes. On peut observer la charge d'un serveur facilement, vérifier les utilisateurs connectés,... On peut gérer les boites de courriels, des serveurs Web Apache avec du PHP, du Perl et du Python,... sur presque toutes les distributions serveurs.


Gestionnaire de démarrage de la distribution Slackware.
Mais malgré tous les miracles que fait Linux maintenant, il ne faudrait pas oublier le lointain passé, où des distributions souvent entretenu par une seule personne, amenait des solutions simples, concrète et stables, un des meilleures dans se genre, est de loin : Slackware ! Pendant longtemps, la distribution préféré des Crack de l'informatique.


Interpréteur de commande de la distribution Slackware.

Les logiciels installés sont très terre à terre (un noyau, un SSH,...), et il démarre vite ! Il de plus, un pensée philosophique pour nous accueillir lors d'une connexion. Bien entendu, il faut se souvenir de la commande magique «su -c "shutdown -h now"» pour fermer l'ordinateur. Évidemment faut aimer nager sur un clavier, sinon, ce système n'est pas pour vous...

Mise à niveau

Bien que le système d'exploitation Linux se révèle un bon système d'exploitation, il a quelques maillons faible, comme le fait que les mises à niveau soit toujours pénible : il sera parfois nécessaire de réinstaller au complet le système d'exploitation Linux, dans d'entre cas, les services ne démarreront plus, dans d'autres cas encore, on aura des configurations conflictuelles à corriger et enfin dans les cas extrêmes, le noyau du système d'exploitation ne redémarrera plus. Les solutions de mise à niveau sont tellement médiocres et donnent tellement des résultat pitoyable que certains hébergeurs comme AWS, on choisis de carrément supprimer le système d'exploitation et d'ensuite le recréer au complet lorsque des mise à niveau ou des déploiements sont nécessaires.


Avenir de Linux

Vous croyez que Linux n'a plus rien à rajouter ou améliorer ? S'il faut en croire les expérimentations de certains Linuxiens avec le compilateur Intel C++ Compiler (icc). Apparemment NON ! En effet, les personnes ayant compilé avec ce compilateur plutôt gcc, on constater des améliorations de performances jusqu'à 40% dans certains cas et un moyenne de 8% à 9% pour l'ensemble du système d'exploitation !

Également, si vous croyez que les partitions de Linux sont les meilleurs, il existe des solutions propriétaire comme la GPFS d'IBM offrant des biens meilleurs résultats que les Ext2, Ext3 et Ext4. Ainsi, la solution d'IBM offre la possibilité d'entreposer des pétaoctet d'informations et des milliards de fichiers. Actuellement, IBM offre une version de la partition GPFS fonctionnant sous Linux.



Dernière mise à jour : Dimanche, le 29 juin 2014